Les traitements actuels contre le VIH, qui permettent aux personnes séropositives de bien vivre, peuvent également protéger leurs partenaires sexuels de la transmission du virus. Comme n’importe quel médicament ou vaccin, cet outil n’est pas efficace à 100% et cette efficacité dépend fortement du fait de le prendre correctement et d’être bien suivi.

Cette méthode fonctionne à certaines conditions :

  • Avoir une charge virale indétectable de façon continue depuis au moins six mois.
  • Ne pas être porteur d’une autre IST. La survenue d’une IST peut augmenter la charge virale du VIH et donc amoindrir l’effet protecteur des traitements.

Qui est concerné par le TasP ?

Le TasP est un bénéfice d’abord pour les séropositifs car en plus d’empêcher la multiplication du virus dans l’organisme de la personne séropositive, les traitements diminuent très fortement le risque de transmission du VIH à une autre personne, en réduisant la charge virale.

Il concerne directement les couples sérodifférents, quand l’un est séropositif, et l’autre séronégatif.

Il est dans tous les cas impératif que le traitement antirétroviral soit scrupuleusement pris, et que la personne séropositive ait un suivi thérapeutique strict et régulier auprès d’un médecin, notamment pour veiller à l’absence d’autres IST, souvent invisibles et méconnues, qui peuvent faciliter la transmission du VIH et dont le TasP ne protège pas.

Cependant, cela ne signifie pas l’élimination du VIH de l’organisme. Avoir une charge virale indétectable n’est pas équivalent à un statut de séronégatif.
  • A moins de 20 copies, le VIH est dit indétectable, mais il est toujours présent. 
  • La non transmission est conditionnée par l’efficacité du traitement.

Le TasP est-il fiable à 100% et de façon prolongée ?

À ce jour, il est scientifiquement admis que le TasP, si toutes les conditions sont réunies (charge virale indétectable, pas d’autres IST), est très efficace contre la transmission du VIH. Mais, comme n’importe quel médicament ou vaccin, cet outil n’est pas efficace à 100% et son efficacité dépend fortement du fait de le prendre correctement et d’être bien suivi.

Le seul fait de suivre un traitement contre le VIH n’est pas suffisant. Car cela ne veut pas dire qu’il est efficace et il ne permet pas systématiquement d’avoir une charge virale indétectable.

De plus, la charge virale d’une personne sous traitement peut parfois remonter, notamment dans les cas suivants :

  • Lors de la survenue d’une IST : la remontée de la charge virale peut intervenir lors de la contamination, au cours du traitement ou après le traitement.
  • Si le traitement pris par la personne séropositive perd en efficacité avec le temps, si le virus devient résistant au traitement, cela a pour effet de faire remonter la charge virale.
  • Prendre très régulièrement un traitement est pour tout le monde une contrainte, et il peut y avoir des périodes où les oublis s’additionnent, ce qui fragilise le traitement et peut occasionner une remontée de la charge virale.